L’enfant, l’adulte et la motricité libre

C’est à Emmi Pikler, pédiatre hongroise, que l’on doit ce concept, révolutionnaire pour l’époque, de motricité libre. A la fois philosophie, modalité éducative et soutien psychoaffectif, la motricité libre tient d’un constat simple qui guide l’enfant et l’adulte tout au long de la journée. Les mouvements et déplacements du tout-petit ont un sens et une utilité. Le laisser découvrir et explorer ses capacités corporelles, c’est lui laisser le plaisir de la découverte de ses compétences. Et renforce ainsi son estime de soi et sa confiance en lui. Ainsi, nous nous basons sur une théorie simple : l’enfant a les compétences pour se développer seul et découvrir seul les mouvements et déplacements, sans qu’une intervention directe de l’adulte soit nécessaire. Pour grandir harmonieusement, il est important que l’enfant les exerce en toute tranquillité, et qu’il découvre de lui-même toutes les possibilités de posture, de transfert et de déplacement.

Ainsi, peu de choses sont nécessaires pour laisser le temps à l’enfant de découvrir et d’expérimenter son corps dans l’espace qui l’entoure. Tentez de résister aux appels, certains outils de puériculture ne sont pas utiles ! L’enfant déposé au sol, l’adulte présent et attentif à ses côtés, qui met des mots sur ses découvertes et l’encourage dans ses mouvements sont les moteurs les plus puissants pour partir à la découverte du monde. Ainsi, le portique n’est pas utile, qui enferme le champ de vue de votre enfant. Donnez-lui les objets face à lui, dans son axe dans un premier temps, puis encouragez le à le suivre des yeux, et déposez le jeu doucement à côté de sa tête. Vous serez donc dans l’accompagnement de son retournement tout en le laissant décider du rythme de sa mise en mouvement. De même, un youpala est contre-productif dans l’apprentissage de la marche et de l’autonomie motrice qu’elle représente. En effet, l’enfant doit apprendre à gérer la verticalité puis son équilibre en position statique. Avec vos encouragements, il pourra commencer à se déplacer sur les côtés, en se tenant à ce qu’il trouve de solide et stable dans son environnement pour venir à votre rencontre ! C’est à ce moment-là qu’un chariot de marche sera utile, pour appréhender sereinement les premiers pas. Il s’en servira ensuite de poussette, de chariot, versera et videra dedans le contenu de ses jeux. C’est en ce sens que les jeux évolutifs sont particulièrement intéressant pour soutenir le développement du tout-petit. Ils sont adaptables, et l’enfant peut y revenir au fur et à mesure de ses acquisitions, en proposant de nouvelles formes d’exploration. Et en le laissant découvrir, en proposant le jeu sans induire de sens ni d’objectif, ne serait-e pas là notre rôle d’adulte, de parent ?

Comment se positionner, quelle place pouvons-nous avoir, comment serions-nous des guides pour nos enfants tout en respectant cette notion de motricité libre ? La place fondamentale de l’adulte serait ici de laisser l’enfant libre d’expérimenter dans un espace pensé, conçu et adapté à ses besoins. Il s’agit donc pour nous de réfléchir en premier lieu à habiller l’enfant de manière à le laisser libre de ses mouvements. J’aime bien l’idée de les laisser pieds nus : ainsi, vous verrez toute l’importance des orteils et des appuis plantaires dans le soutien des postures. Ensuite, il faut réfléchir à un espace sécurisant, un tapis ferme pour le dos, des bords pour prendre appui et se propulser à l’avant, et des jeux sensoriels divers tant dans les textures que les bruits et les couleurs. Ainsi, sous votre regard bienveillant (et vite émerveillé), vous découvrirez en même temps que votre enfant toutes ses compétences motrices et cognitives. Essayez de ne pas le guider ni l’aider dans cette découverte, mais de le soutenir et de l’accompagner ! Ainsi, il développera une confiance en lui comme une base sereine et solide pour ses acquisitions futures.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE :

www.pikler.fr
Myriam David et Geneviève Appell, Loczy et le maternage insolite
Claire Boutillier, mémento de psychologie du développement

Marie Thérain,
Psychomotricienne, Enseignante, Formatrice Petite Enfance
Vous aimez l’article ?
Vous adhérez à notre concept ?
Suivez-nous sur Facebook et Instagram
Facebook  Instagram

0 comments on “L’enfant, l’adulte et la motricité libre